Apprentissage Anticipé de la Conduite et Conduite Supervisée

 

L’Apprentissage Anticipé de la Conduite (AAC) et la Conduite Supervisée (CS) sont deux dispositifs qui permettent à l’élève d’acquérir une expérience de la conduite et de gagner ainsi en confiance jusqu’à l’obtention du titre.

 

  1. L’Apprentissage Anticipé de la Conduite : AAC

 

  • Pour s'inscrire à l'Apprentissage Anticipé de la Conduite en école de conduite, il faut :

- Être âgé de 15 ans ou plus ;

- Avoir l’accord de son représentant légal et de l’assureur du véhicule.

  • Pour commencer la conduite accompagnée, il faut :

- L’adhésion de l’élève ;

- L’accord et l’implication du (ou des) accompagnateur(s) expérimenté(s) ;

- Avoir réussi l’examen du code de la route ;

- Avoir suivi une formation pratique de 20 heures minimum avec un enseignant de l’école de conduite ;

- Avoir effectué le rendez-vous préalable d’une durée de deux heures, en présence du ou des accompagnateurs.

- Avoir bénéficié d’une évaluation favorable de la part de son enseignant de la conduite et de la sécurité routière, qui se matérialise par la remise de l’attestation de fin de formation ;

  • Les avantages de l'Apprentissage Anticipé de la Conduite :

- Réduire la durée de la période probatoire du permis à 2 ans au lieu de 3 (les nouveaux titulaires du permis de conduire disposent de 6 points sur leur permis et doivent attendre deux ans sans infraction avant d’en obtenir 12, soit l’acquisition de 3 points par an) ;

- Commencer la formation initiale en école de conduite (code et conduite) dès 15 ans ;

- Acquérir de l’expérience de conduite ; 

- Passer l’épreuve du permis de conduire à 17 ans et demi dès lors que l’élève a validé une période minimum d’un an en conduite accompagnée et a suivi ses deux rendez-vous pédagogiques. En revanche, il n’est possible de conduire seul qu’à partir de 18 ans ;

- Augmenter sensiblement ses chances de réussite à l’examen du permis de conduire : 74% de chances de l’obtenir dès la première présentation contre 55% par la voie de l’apprentissage traditionnel ;

- Obtenir un tarif préférentiel sur son assurance « jeune conducteur »,

- Les parents et la famille sont plus rassurés de laisser partir l’apprenti conducteur seul le permis en poche.

  • Qui peut être accompagnateur ?

L'accompagnateur doit :

- Être titulaire de la catégorie B du permis de conduite (permis véhicule léger) depuis au moins cinq ans sans interruption. Il ne doit jamais avoir été condamné pour certains délits (homicide et blessures involontaires, conduite sous l’emprise d’un état alcoolique, délit de fuite, refus d’obtempérer à une sommation de s’arrêter, conduite sous le coup d’une suspension ou d’une annulation du permis de conduire).

- Avoir obtenu l'accord de son assureur ;

- Être mentionné dans le contrat signé avec l'école de conduite.

L’accompagnateur doit avoir envie d’endosser le rôle de l’accompagnateur dont le rôle majeur est d’aider le jeune conducteur à « pratiquer » une attitude raisonnable et citoyenne dans des situations de tous les jours, de lui laisser des initiatives et de lui faire gagner de l’expérience.

Il est possible d'avoir plusieurs accompagnateurs, également hors du cadre familial (sous réserve de l’accord des assureurs respectifs).

  • Comment se déroule l’Apprentissage Anticipé de la Conduite ?

La conduite avec l'accompagnateur se déroule sur une période d’une durée d'au moins un an au cours de laquelle l’apprenti-conducteur devra parcourir 3 000 kms minimum.

Cette période débute par un rendez-vous préalable et est ponctuée par deux rendez-vous pédagogiques obligatoires.

Le rendez-vous préalable a lieu en présence de l'enseignant et du (ou des) futur(s) accompagnateur(s), au moment où l'enseignant estime que l'élève est prêt à conduire avec son accompagnateur. L'enseignant dispense alors ses conseils aux deux parties pour bien commencer la période de conduite accompagnée.

A l’issu de ce rendez-vous, un livret « accompagnateur – mode d’emploi » et les documents nécessaires à l’assurance, sont remis aux différents protagonistes.

L’élève devra avoir obtenu un accord préalable écrit de la société d'assurances.

Le 1er  rendez-vous pédagogique a lieu au milieu de la période de conduite accompagnée et au minimum six mois après la date de délivrance de l'attestation de fin de formation initiale. C'est un rendez-vous collectif avec d'autres élèves et leurs accompagnateurs.

Le 2nd  rendez-vous pédagogique a lieu environ un mois avant la date approximative de l’examen pratique et dans tous les cas après 3 000 km parcourus.

Lors de ces rendez-vous pédagogiques, animés par un enseignant de la conduite, les élèves sont invités à échanger sur leurs premières expériences et sur des thèmes de sécurité routière. Une phase de conduite est également prévue pour mesurer les progrès réalisés par l'élève et apporter les conseils nécessaires pour continuer la conduite accompagnée dans les meilleures conditions. Si le besoin de conseils se fait ressentir tant par l’élève que l’accompagnateur en dehors les deux rendez-vous pédagogiques, chacun est invité à venir échanger avec nous sur les points à approfondir, à tous moments.

  • Partie réglementaire :

- Toutes les règles du code de la route doivent être respectées par vous comme par votre accompagnateur.

- Vous ne pouvez pas conduire en dehors des frontières nationales ;

- Vous devez respecter les limitations de vitesse qui s'appliquent aux conducteurs novices.

- Vous devez toujours avoir sur vous le formulaire de demande de permis de conduire ou sa photocopie, le livret d’apprentissage et le document d’extension de garantie de l’assurance. Seul le formulaire de demande de permis de conduire permet de justifier de la situation d’apprentissage de la conduite, en cas de contrôle par les forces de l’ordre.

   2. La Conduite Supervisée : CS

 

  • Pour pouvoir bénéficier de la Conduite Supervisée, il faut :

- Avoir 18 ans ou plus ;

- Avoir l'accord de l'assureur du véhicule.

 

On peut choisir la conduite supervisée soit au moment de l’inscription à l’auto-école, soit en cours de formation si le besoin s’en fait ressentir, soit après un échec à l'épreuve pratique.

  • Pour commencer la conduite supervisée, il faut :

- L’adhésion de l’élève ;

- L’accord et l’implication du (ou des) accompagnateur(s) expérimenté(s) ;

- Avoir réussi l’examen du code de la route ;

- Avoir suivi une formation pratique de 20 heures minimum avec un enseignant de l’école de conduite ;

- Avoir bénéficié d’une évaluation favorable de la part de son enseignant de la conduite et de la sécurité routière, qui se matérialise par la remise de l’attestation de fin de formation.

 

  • Les avantages de la Conduite Supervisée :

- Acquérir de l’expérience de conduite à moindre coût pour compléter sa formation initiale et, en cas d’échec à l’examen pratique, d’améliorer ses acquis en attendant de le repasser ; 

- D’augmenter sensiblement ses chances de réussite à l’examen du permis de conduire : 74% de chances de l’obtenir dès la première fois contre 55% par la voie de l’apprentissage traditionnel.

  • Qui peut être accompagnateur ?

L'accompagnateur doit :

- Être titulaire de la catégorie B du permis de conduite (permis véhicule léger) depuis au moins cinq ans sans interruption. Il ne doit jamais avoir été condamné pour certains délits (homicide et blessures involontaires, conduite sous l’emprise d’un état alcoolique, délit de fuite, refus d’obtempérer à une sommation de s’arrêter, conduite sous le coup d’une suspension ou d’une annulation du permis de conduire).

- Avoir obtenu l'accord de son assureur.

- Être mentionné dans le contrat signé avec l'école de conduite.

 

L’accompagnateur doit avoir envie d’endosser le rôle de l’accompagnateur dont le rôle majeur est d’aider le jeune conducteur à « pratiquer » une attitude raisonnable et citoyenne dans des situations de tous les jours, de lui laisser des initiatives et de lui faire gagner de l’expérience.

Il est possible d'avoir plusieurs accompagnateurs, également hors du cadre familial (sous réserve de l’accord des assureurs respectifs).

  • Comment se déroule la Conduite Supervisée ?

La conduite avec l'accompagnateur se déroule sans impératif de durée, ni d’obligation d’un nombre de kilomètres parcourus.

Cette période débute par un rendez-vous préalable qui a lieu en présence de l’enseignant et du (ou des) futur(s) accompagnateur(s), au moment où l'enseignant estime que l'élève est prêt à conduire avec son accompagnateur. L'enseignant dispense alors ses conseils aux deux parties pour bien commencer la période de conduite supervisée.

A l’issu de ce rendez-vous, un livret « accompagnateur – mode d’emploi » et les documents nécessaires à l’assurance, sont remis aux différents protagonistes. L’élève devra avoir obtenu un accord préalable écrit de la société d'assurances.

  • Partie réglementaire :

- Toutes les règles du code de la route doivent être respectées par vous comme par votre accompagnateur.

- Vous ne pouvez pas conduire en dehors des frontières nationales ;

- Vous devez respecter les limitations de vitesse qui s'appliquent aux conducteurs novices.

- Vous devez toujours avoir sur vous le formulaire de demande de permis de conduire ou sa photocopie, le livret d’apprentissage et le document d’extension de garantie de l’assurance. Seul le formulaire de demande de permis de conduire permet de justifier de la situation d’apprentissage de la conduite, en cas de contrôle par les forces de l’ordre.

 

La durée du permis probatoire est de trois ans (comme pour la filière classique) : les nouveaux titulaires du permis de conduire disposent de 6 points sur leur permis et doivent attendre trois ans sans infraction avant d'en obtenir 12, soit l’acquisition de 2 points par an.

Le candidat ne bénéficie pas nécessairement de tarif préférentiel sur son assurance "jeune conducteur".