L'évaluation de conduite

 

< >Objectifs de l’évaluation :  

D'une durée minimale de 30 minutes, elle permet de savoir quelles sont les connaissances et l’expérience de l’élève.Elle permet d’estimer un nombre d’heures de formation à la conduite nécessaire sous réserve d’une progression normale.Les moyens utilisés : L’évaluation se déroule en situation de conduite hors et en circulation à bord d’un véhicule auto-école, par un enseignant, à l’aide du formulaire papier «  Fiche pour l’évaluation de départ B ».

 

< >Les différentes étapes de l’évaluation : 

 

Elle se décompose en 8 rubriques :

 

Renseignements d’ordre général : Sur la base d’un questionnaire et d’un échange avec le formateur : Identité, âge, résidence, niveau scolaire, profession, nationalité, acuité visuelle, correction de la vision, visite médicale, incompatibilités déclarées. Ces critères permettent de donner des orientations au formateur sur les difficultés éventuelles de compréhension de la langue française ainsi qu’éventuellement de dépister des déficiences sensorielles ou motrices et de proposer une visite médicale ou de suggérer un simple appareillage de la vue par exemple

 

Expérience de la conduite : Permis possédés, véhicules conduits (vélo, scooter, tracteur, voiture,..), zone d’évolution à bord du véhicule (parking, chemin, route,…), temps de pratique en conduite, contexte d’accompagnement (parents, amis, auto-école).

 

Connaissances théoriques sur le véhicule : Questions posées sur chacun des thèmes – la direction – la boîte de vitesse – l’embrayage – le freinage.

 

Attitudes à l’égard de la sécurité et de l’apprentissage :

- Savoir conduire est-ce : maîtriser la voiture et connaitre le code ou prévoir les difficultés et savoir y faire face ?

- L’apprentissage est-il une nécessité ? Ou est-ce un réel désir d’apprendre à conduire ?

Habiletés –coordination et synchronisation : L’élève est invité à s’installer au poste de conduite. Le formateur évalue sa capacité à s’installer de lui-même, puis lui explique la procédure : dans l’ordre, le siège, le dossier, l’appui-tête, le volant, les rétroviseurs et le bouclage de la ceinture.

Exercices de « démarrage » et « d’arrêt », sur terrain plat à la suite d’une démonstration commentée du formateur.

Manipulation du volant : après explications sur le fait que le regard précède la trajectoire et l’action sur le volant, l’élève exécute un slalom non matérialisé sans utiliser les pédales.

 

Compréhension et mémorisation : A l’issue des exercices de démarrage et de manipulation du volant, l’enseignant va pouvoir noter les capacités de compréhension et de mémoire de l’élève.

De même, l’enseignant lui demande de citer dans l’ordre, les 5 opérations nécessaires pour démarrer et s’arrêter.

 

Perception : En circulation : À allure normale, en ville sur route, pendant environ 15 à 20 minutes, en doubles commandes (autonomie : volant, clignotants, rétroviseurs), l’élève devra choisir sa direction en fonction de ce que lui impose la signalisation, et en fonction des indications données par les panneaux directionnels. L’élève est invité à regarder loin devant lui et à faire attention à gauche et à droite, de tenir compte de la signalisation et des autres usagers, de mettre le clignotant si nécessaire, de dire le plus tôt possible ce qui lui semble intéressant pour la conduite. Les compétences ainsi évaluées sont le sens de la trajectoire et du gabarit, la capacité d’observation de l’environnement, le sens de l’orientation et la direction du regard.

 

Émotivité : Les réactions émotives sont évaluées durant toute la durée de l’évaluation. Elles concernent les réactions générales (paroles et gestes divers) et les crispations gestuelles.

 

< >Le résultat : 

 

Le résultat de l’évaluation correspond à un nombre d’heures de formation de conduite.Il n’impose pas un nombre d’heure, c’est un prévisionnel sous réserve d’une progression normale. Il pourra être revu à la baisse, par l’implication de l’élève, ainsi que par la fréquence des heures.La fiche d’évaluation est signée par l’élève (ou son représentant légal s’il s’agit d’un mineur). L’original est conservé par l’élève, le second par l’auto-école et est annexé à la fiche de suivi.